Luthier, réparateur ou facteur d’instrument ?

Quelle dénomination utiliser, pour nommer votre spécialiste instruments à vent ?

Dans les métiers en lien avec les instruments de musique, diverses appellations existent selon les instruments concernés et les compétences techniques des différents spécialistes.

Lors de diverses rencontres (amis, journalistes, musiciens,…), une question m’est souvent posée : Est-ce qu’on ton métier est celui de luthier ?

Voici en quelques mots les descriptions de ces métiers à la fois très proches mais aussi très différents au niveau du savoir-faire.


Le terme le plus connu : le Luthier.

A l’origine, le luthier est le faiseur de luths.

extrait de l’ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique »

« À l’origine, le luthier est le faiseur de luths. Après le déclin de cet instrument, la signification du mot s’élargit pour désigner le fabricant d’instruments de la famille du violon. Par extension, le terme désigne parfois le fabricant d’instruments à cordes frottées ou pincées comportant un manche. Le luthier doit savoir réparer un instrument ancien, le recoller, le rebarrer, en rectifier les proportions ; il doit aussi savoir fabriquer un instrument neuf, sélectionner les bois et construire toutes les pièces à partir de modèles. »

Cette définition claire du dictionnaire de la musique, édité par Larousse, nous fait comprendre que dès que l’on sort du registre des instruments à cordes, ce terme n’a pas lieu d’être utilisé.


Le facteur d’instruments : vous connaissez ?

Le facteur d’instruments découlant de la facture instrumentale appartient à la famille des métiers d’art. Ce terme englobe tous les métiers de fabrication d’instruments de musique y compris les luthiers dont la spécialité peut être les instruments du quatuor (violon, alto, violoncelle et contrebasse) ou les guitares comme indiqué ci-dessus.

Couramment voici quelles sont les déniminations utilisées selon les familles d’instruments :

  • Luthier du quatuor
  • Facteur-Luthier de guitares
  • Facteur-accordeur de pianos
  • Facteur d’orgues
  • Facteur d’instruments à vent

Tous ces métiers renvoient à des diplômes spécifiques et des compétences selon les spécifités des instruments.

Pour les instruments à vent (famille des cuivres et des bois), les connaissances sont très diverses surtout depuis la fabrication et la modélisation informatisée :

  • Dessin technique (modélisation MAO, CAO, DAO) – impression 3D
  • Physique de l’acoustique
  • Tournage – fraisage bois et métaux
  • Connaissance des matériaux
  • Brasures
  • Polissage
  • Vernissage et finitions (procédés chimiques pour argenture, dorure,…), gravures
  • Travail de matières naturelles comme le cuir, le roseau, …
  • etc…

Devenir facteur d’instruments à vent est un processus long qui demande, suite aux formations initiales, de nombreuses années d’expériences avec des « mentors ».

En vidéo sur youtube :


Et pour moi alors ?

Vous l’aurez sûrement compris, en ce qui me concerne le terme le plus approprié est le terme de réparateur instruments à vent.

Pourquoi ?

Les compétences acquises lors de ma formation initiale, celles de mon expérience et l’accès à la formation continue, me permettent d’intervenir sur les instruments à vent pour l’entretien et la réparation.

Concernant la fabrication (différent de l’assemblage), il faut avoir tout un parc matériel particulier (machines outils, tours, mandrins, gabarits,…) que je n’ai pas. Donc mon activité est celle de réparateur instruments à vent.

A titre de comparaison simpliste (je souhaite froisser personne), nous pouvons utiliser celui de l’automobile :

  • Pour chaque voiture, il y a le fabricant qui possède une usine et les machines outils pour fabriquer la voiture (en musique le facteur ou le luthier).
  • Ensuite il y a les concessions pour vendre. Dans la musique, il s’agit de boutiques ou d’ateliers franchisés avec différentes marques qui vont aussi proposer de l’entretien et de la réparation.
  • Enfin, les garagistes locaux auquels on peut apparenter les ateliers d’entretien et de réparation indépendant.

En résumé et ça ne va pas vous aider :

on peut être réparateur instruments à vent tout en ayant des compétences de facteur d’instruments ou être, par exemple, directeur d’une usine de fabrication sans savoir faire une brasure mais avoir des réparateurs ou des facteurs d’instruments pour le faire selon un processus bien établi.


Vous souhaitez vous renseigner sur les métiers des factures instrumentales : contacter l’ITEMM

Pour la lutherie, plusieurs centres existent : contacts sur cette page

Catégories : Non classé

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Entrez Captcha ici : *

Reload Image